Transmissions, autopsie d’un processus instable

Stories & Memories

  • Podcast 1

La seconde série de podcast produit dans le cadre du projet Traversée, intitulée “Stories & Memories, questionne les héritages qui se partagent au fil de l’âge et des générations, le temps long et l’éphémère, le passé dans le présent, en un mot la TRANSMISSION.  La “crise” de la transmission, si souvent formulée, va avec celle de la famille, de l’école, de l’adolescent, de la culture, des valeurs, de l’autorité, de la société… Pourtant, il est plus juste de relever qu’elle est simplement en mue, à l’image des métamorphoses de la société et donc de la famille, de l’école, de la culture … Si elle change de formes et d’objet, à chaque époque et espace son mode de transmission, elle est aussi éternelle que mouvante. Rien n’est figé, la transmission est à l’image du temps qui passe et avec lui les mœurs et les acteurs. On lui doit la continuité/discontinuité des générations, une articulation rusée entre passé, présent et futur.

La transmission au cœur de la construction identitaire

L’avancée en âge est un processus influencé par le milieu familial, les groupes de camarades, les médias, les rapports à l’école (Pronovost, 2010)1. L’analyse générationnelle appuie la force des cultures horizontales (références spécifiques entre pairs/transmission intra-générationnelle) et la permanence des cultures verticales (filiation/transmission intergénérationnelle). Nous appartenons à une lignée familiale autant qu’à une époque donnée, la transmission est un processus double. La marque de lunettes Krys, dans sa campagne de communication intitulée “Eva” (2017), traduit cette idée d’interdépendance entre âges et héritages au fil de la construction identitaire. Le spot associé nous parle d’une jeune fille qui a les yeux de sa mère, la timidité de son père, le caractère de sa grand-mère, la détermination de son grand-père mais également la démarche de sa sœur, le rire de sa copine et les convictions de ses amis. La construction identitaire évolue au cœur d’un carrefour d’influences, complexe à analyser du fait de la multiplicité des acteurs autour de soi mais également des années passées avant soi. On ne peut envisager une rupture intergénérationnelle dans la mesure où une génération sème toujours dans l’autre (enfantement). Elle est vectrice de transmission et de fait, le passé court dans le présent qui laissera ses marques dans le futur.. 

On apprend de ses aînés mais pareillement de ses puînés. En cohabitant et partageant la même époque, la jeunesse bouscule et fait évoluer les cultures des plus âgés. La relation enclenche à chaque jour partagé, des enrichissements réciproques faits de valeurs, attitudes et comportements qui vont bousculer l’autre. Margaret Mead évoque trois formes de cultures (1971)2

  • Une culture post figurative dans laquelle les enfants sont instruits avant tout par leurs parents, le modèle qui domine est celui des ascendants. 
  • Une culture co figurative dans laquelle les enfants comme les adultes apprennent de leurs pairs, le modèle qui importe est celui de ses contemporains. 
  • Une culture pré figurative dans laquelle les adultes tirent aussi les leçons de leurs enfants, le modèle consulté est celui de la jeunesse. 

De l’émergence depuis la fin de la seconde guerre mondiale d’une “culture jeune” découle l’idée d’un fossé entre les générations, inexistant dans les sociétés traditionnelles dans lesquelles prévaut la référence au passé. Depuis, le récit d’une “fracture” entre les générations ne cesse de perdurer. L’enquête faite en 2022 par la fondation Jean Jaurès3 bat pourtant en brèche cette notion de rupture. Elle rend compte d’un pays multi solidaire dans la sphère familiale comme publique. Cela ne signifie pas que les divergences entre les générations n’existent pas mais tous les écarts de valeurs et de perceptions n’entraînent pas pour autant des fractures. De l’opposition naît une génération qui se distingue de la précédente comme de la suivante (Attias-Donfut,1988)4. Être jeune en 2023, c’est vouloir inventer sa vie dans un contexte particulier bien distinct de celui des années 40, 60 ou 80 (spécificités générationnelles) (Bahuaud ; Destal ; Pecolo, 2011)5

La transmission du passé au présent : héritages en poche

Processus dynamique, la transmission n’est pas un exercice de copie conforme. Un mécanisme d’appropriation se met en place chez l’héritier qui prend et laisse, aménage et négocie avec l’héritage. Il exerce un droit d’inventaire sur ce qui lui est légué (De Singly, 2003)6. En deçà de la transmission explicite, il y a celle que l’on ne sent pas passer. Acquises par osmose dans la vie familiale, certaines compétences invisibles participent à la construction identitaire et à la reproduction sociale (Peugny, 2013)7. Au sein de la famille, se glissent quotidiennement des transmissions informelles, un capital culturel (Bourdieu ; Passeron, 1964)8 qui pèsent particulièrement dans les parcours scolaires. Cet héritage, imperceptible à l’oreille et l’œil nus, requiert généralement, pour prendre corps, une certaine prise de distance et de hauteur, un recul nécessaire, à l’échelle d’une vie mais encore à l’échelle des générations. Car si la transmission opère dans un cadre intergénérationnel, certains d’évoquer par ailleurs la transgénérationnalité du processus. Un poids (ou une force) qui nous vient du passé, de nos ancêtres, des générations antérieures certes disparues et pourtant toujours impliquées.

Si la transmission opère partout et tout le temps, le processus évolue au rythme des mutations sociales d’une société, progressivement devenue “individualiste” (Roucloux, 2006)9. Dans la communication de Krys évoquée ci-dessus, la marque ajoute en fin de spot qu’avec ses lunettes, Eva ne ressemble à personne d’autre qu’à elle : “Vous n’avez jamais été autant vous-même”10. Prise d’autonomie et épanouissement personnel, singularités et pluralités, le « je » plus que le « nous », le monde a changé de règles. Le processus d’individuation croisé à l’accélération des changements ébranle les ascendants en ce qu’ils ne font plus référence et ne balisent plus les parcours au sein d’un monde qui perd sa permanence, instable et provisoire. La transmission s’en trouve bouleversée mais est toujours bien là. Si la méritocratie aime à dire que désormais lorsque l’on veut, on peut, la permanence des rapports sociaux et déterminations culturelles, les socialisations familiales différenciées disent encore tout autre chose. 

Ainsi naît l’idée d’une self-made génération, qui n’a pour modèle qu’elle-même, face à des adultes qui doutent des savoirs à transmettre, en déni de leur qualité d’aînés, des adultes qui pour leur part, se prennent l’envie de ressembler à … des ados à vie. L’altérité est alors brouillée par une tendance à l’inversion des modèles d’identification qui bouscule les rapports intergénérationnels traditionnels. Bernard Stiegler décrit ce double mouvement : « le devenir prématurément-majeur des enfants est l’effet en miroir de la prolongation de plus en plus tardive de la minorité de leurs aînés et parents, qui est aussi la perte de leur exemplarité » (2008 : p.80)11. L’altérité et l’antériorité sont fragilisés par des adultes possiblement moins guides et modèles que copieurs et copains. Pourtant, comme le rappelle Françoise Héritier, l’ancienneté – la préexistence par rapport au jeune – représente d’emblée une source d’autorité, non pas parce que l’adulte serait doté d’une qualité personnelle particulière mais parce qu’il incarne la transmission de la culture (1996)12

La transmission du présent au futur : la foi en l’avenir

Il est devenu habituel de souligner que la jeunesse est en quête de sens dans un monde qui a du mal à parler de son futur. Comme le stipule Pierre Sansot “Le passé nous habille et l’avenir est un élan qui nous empêche de rabâcher un éternel présent” (2000 : p.6)13. La transgénérationnalité peut être questionnée ici, non plus dans son versant mémoriel mais dans celui génératif qui suppose d’infuser aux plus jeunes d’entre nous optimisme et foi en un monde tendu vers un état meilleur. Les communications publicitaires contemporaines de s’engouffrer dans cette brèche du registre transgénérationnel vs générations futures. Nombre d’entre elles adressent un message engagé, résolument tourné vers demain, le plus souvent connoté durable-bio-responsable, tel EDF « Pour les générations futures, nous développons les énergies de demain ». 

Au-delà d’une discussion à hauteur historique, la transmission convoque le devenir biographique, à l’échelle du cycle de vie des individus. Nous avons tous besoin de projections enthousiastes pour désirer poursuivre notre route, et ce quels que soient son âge et sa condition. Avoir des rêves et des projets, de nouvelles compétences, des expériences et des rencontres, être citoyens et donc intégrés, telle est certainement la modalité essentielle pour exister parmi les autres. Si le processus de transmission appelle l’enchaînement des générations, il mobilise impérieusement les relations intergénérationnelles tissées au quotidien et desquelles chaque individu dépend pour s’ancrer dans une communauté. Il est assujetti, comme tout processus de communication, à des représentations sociales réciproques sous-jacentes des acteurs en jeu.

Pour conclure, l’enchaînement des générations génère continuité et discontinuité, entre traditions et innovations, entre bases posées par les prédécesseurs et potentialités des successeurs. Pour Irène Théry14, l’idéologie individualiste du « I, me, ego, myself », livre chacun à la légèreté d’un présent sans passé ni futur. La famille est là pour nous rappeler que la temporalité humaine est plus grande que notre propre temps de vie, que nous sommes débiteurs à l’égard des ancêtres et chargés de responsabilité envers les générations à venir. Il est important de ne pas confondre hérédité sociale (et ses connotations d’emprisonnement) et héritage qui renvoie quant à lui à l’empreinte négociée des ascendants. La transmission est un processus de communication qui engage des interlocuteurs actifs qui se prêteront, au fil de l’âge mais aussi des générations, plus ou moins de légitimité en tant que modèles et guides.

  1. Pronovost, Gilles. « Chapitre VIII – La fabrique moderne de la jeunesse : trajectoires, parcours de vie et invention de soi », Sylvie Octobre éd., Enfance & culture. Transmission, appropriation et représentation. Ministère de la Culture – DEPS, 2010, pp. 187-204. []
  2. Mead, Margaret. Le fossé des générations, Paris, Denoël, 1971. []
  3. Michel Ménard,  Association des départements solidaires : Générations : le grand fossé ?, 01/2022, Fondation Jean Jaurès éditions. []
  4. Attias-Donfut, Claudine. Sociologie des générations : l’empreinte du temps, Paris, PUF, 1988. []
  5. Bahuaud M., Destal C. et Pecolo A. « L’approche générationnelle de la communication : placer les publics au cœur du processus »Communication et organisation, 40, 2011, p. 5-18. []
  6. De Singly, François. Les uns et les autres, Armand Colin, 2003. []
  7. Peugny, Camille. Le destin au berceau. Inégalités et reproduction sociale, Seuil, 2013. []
  8. Bourdieu P., Passeron J.C. Les héritiers : les étudiants et la culture, éditions de minuit, 1964. []
  9. Roucloux, Joël. « Les cinq périodes de l’individualisme savant. L’histoire des idées et le débat sur l’individualisme », Revue du MAUSS, vol. no 27, no. 1, 2006, pp. 185-211. []
  10. Voir une présentation de cette campagne publicitaire ici : https://www.opticien-presse.fr/2017/10/17/krys-cible-millenials-campagne-tv-inedite-spots-premiere/ (page consultée le 10 février 2023). []
  11. Stiegler, Bernard. Prendre soin de la jeunesse et des générations, Paris, Flammarion, 2008. []
  12. Héritier, Françoise. Masculin, Féminin. La pensée de la différence. Paris, O. Jacob, 1996. []
  13. Sansot, Pierre.  « Et la vie continue », Informations sociales, n°88, 2000. []
  14. Voir cet entretien publié avec la sociologue sur Telerama : https://www.telerama.fr/monde/irene-thery-le-probleme-c-est-ce-fameux-modele-un-seul-pere-une-seule-mere,76355.php (page consultée le 10 février 2023 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search