Il y a tout pile un an, l’équipe de Traversées ouvrait ce carnet de recherche. Cet anniversaire est pour nous l’occasion de publier ici un premier bilan de nos réflexions et travaux de recherche collectifs avant d’évoquer les perspectives éditoriales que nous souhaitons développer dans les prochains mois…

Transmission et médiation : le point de départ d’une union

Questionner les hybridations identitaires telles que construites, transmises et racontées de générations en générations, de médias en médias, tel était l’objectif qui nous a réunies il y a désormais un an. Motivées notamment par les questions d’héritages et d’innovations, les processus de transmission et de médiation sont vite apparus comme centraux dans nos réflexions. Ces moments et lieux où passé, présent et futur fusionnent, où les médias s’imbriquent, constituent les objets de recherche de ce programme. Il s’agit d’interroger les frontières entre grands et petits, entre générations, entre médias, entre réalité et fiction, pour donner voix aux traversées. Il s’agit de donner corps aux mots des partages et des brouillages. Au fil du temps et des médias, comment parler des communications (entre générations, entre âges, entre soi et les autres) ? Traversée du temps, des barrières et limites, moments où l’on se détache « d’avant » mais sans forcément savoir où et comment se rattacher « après ».

Raconter, se raconter, être raconté : accord commun

Dès les premiers échanges lors de nos séminaires de recherche, il apparait que l’expression (récits de soi) ainsi que les représentations (narrations médiatiques) sont centrales dans l’approche de nos objets d’études. Les figures (de l’âge, du fan, de l’instagramer, du médiateur patrimonial), les mémoires et les histoires personnelles et collectives, les voyages biographiques et historiques, les navigations médiatiques et narratives, nous stimulent. L’ensemble de ces éléments ont donné lieu à des travaux sur les transmissions culturelles de patrimoines immatériels ; les récits transgénérationnels, tant publicitaires que familiaux, mais aussi numériques ; sur les représentations médiatiques des âges de la vie ou les codes générationnels et relations intergénérationnelles au sein de communautés de fans ou régionale. Ce carnet de recherche a alors pris corps, comme une envie par ces petits billets de s’exprimer publiquement, librement et ponctuellement sur nos terrains ou questions de recherche (à ce jour, 17 billets publiés).

Traversée des générations et hybridations identitaires : le glissement

Les concepts d’authenticité, patrimoine et nostalgie deviendront vite majeurs pour toutes, dès lors que le passé de l’individu ou d’une communauté, d’une pratique ou d’une région, d’une marque ou d’une série est convoqué. Aussi est-il programmé un travail conceptuel commun autour de ces concepts phares que l’enchainement des générations (inter et trans générationnel) sollicite immanquablement. Les tensions et alliances entre générations pourront être interrogées à la lumière des objets d’étude de chacune et selon les trois grandes orientations suivantes, construites petit à petit, au fil de nos séminaires :

  • travailler les récits et représentations du passé (collectif et personnel)
  • explorer la transmission, les histoires de vie et à travers elles les notions de patrimoine, nostalgie, authenticité, ainsi que les identités (collectives et personnelles)
  • explorer les cycles de vie, hybridations identitaires, mises en scène de soi et confrontations générationnelles.

Stories & memories : vers un projet éditorial numérique

Après une journée d’étude sur les communautés de fans organisée en 2019 et un second temps fort en 2020 sur les pratiques communicationnelles au cœur du patrimoine culturel immatériel – malheureusement annulé pour cause de confinement mais dont les réflexions se poursuivent actuellement au sein d’un futur dossier pour la revue Communication & Langages – l’équipe se concentre désormais, avant de se lancer sur la piste « nostalgique et authentique » en 2022, sur une troisième thématique à creuser en 2021 : les stories. En effet, notre intérêt pour les histoires, les empreintes d’hier qui appellent le temps long a rebondi sur l’éphémère des stories produites au sein des réseaux numériques. Stories & mémories devient alors notre point de départ pour entamer un travail scientifique autour de l’éphémère, que nous souhaitons alimenter via un mode de production moins traditionnel qu’une journée d’études et un numéro de revue. Inspirées par nos orientations transmédiatiques et narratives, il s’agira de penser (scénariser) et de mettre en forme un projet éditorial numérique…

Citer cet article : Agnès Pecolo, "Un an – Le bilan," sur Traversées, 13/10/2020, https://traversees.hypotheses.org/825.
N.B. : Ce billet a été rédigé collectivement à partir des comptes rendus de nos séminaires de recherche mensuels.

Publié par Agnès Pecolo

Maître de conférences à l'Université Michel de Montaigne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search