Poursuivant mes précédentes réflexions sur les mises en scène et expositions numériques du patrimoine immatériel, mon objectif, dans le cadre du projet Traversées, est de me concentrer sur la phase de transmission de ces pratiques, savoir-faire ou coutumes au sein des différentes communautés concernées. Cette phase repose en effet sur une continuité intergénérationnelle et implique une re-création permanente de pratiques qui s’inscrivent de fait dans un certain présentisme où passé, présent et futur s’hybrident (Hartog, 2011)1.

La patrimonialisation assurée par les groupes humains qui les expérimentent, les considèrent et les déclarent comme « éléments patrimoniaux », précède donc la production de savoirs scientifiques sur ces mêmes objets par des tiers, experts et institutions. Cette phase de reconnaissance « experte » devait être au cœur de la journée d’étude initialement organisée le 24 mars dernier à la Cité du Vin de Bordeaux avec le soutien de l’Axe Idem du MICA.

Cette question du processus de patrimonialisation propre au patrimoine
immatériel, intégrée dans les problématiques de ce groupe de recherche autour du concept de transmission, sera finalement interrogée dans le cadre d’un dossier de la revue Communication & Langages prévu pour la fin de l’année 20212. Les articles qui seront réunis dans ce cadre s’inscriront parfaitement dans le programme initial de travail puisqu’ils auront pour but d’interroger les formes d’écriture, de documentation et d’exposition du patrimoine immatériel. Pour le dire autrement, ce sont les écritures médiatiques et les pratiques info-communicationnelles qui entourent ces multiples opérations patrimoniales destinées à définir, faire connaître et reconnaître le patrimoine immatériel, qui seront au centre de ce projet éditorial.

Ce dossier se concentrera donc sur les multiples dispositifs info-communicationnels contemporains de reconnaissance scientifique, institutionnelle ou encore territoriale du patrimoine culturel immatériel (inventaires en ligne, documentaires audiovisuels, musées, etc.). Cependant, dans le cadre de Traversées et conformément à notre hypothèse de départ, il nous faut observer et interroger les hybridations identitaires qui se forgent autour du PCI. Comme le soulignent en effet Lucia Bienvenu et Patricia Heiniger-Casteret en 2017, les rapports entre les instances de reconnaissance et les praticiens de ces cultures, coutumes ou savoir-faire est la pierre d’achoppement de toute recherche sur le patrimoine immatériel (Bienvenu et Heiniger-Casteret, 2017)3 Dans un article rendant compte de l’élaboration de l’exposition temporaire « (Extra)ordinaire quotidien. Patrimoine immatériel en Aquitaine » organisée en 2015 au Musée d’Ethnographie de Bordeaux (MEB), les autrices relatent ainsi les dialogues et les négociations que doivent inventer praticiens, scientifiques et institutionnels pour définir ce qui relève du PCI, mais aussi exposer et transmettre ces objets culturels intangibles.

Or, les sept années de recherche autour du patrimoine culturel de l’Aquitaine (ancien périmètre) précédant la mise en place de cette exposition ont prouvé aux deux autrices combien le chercheur est rarement un « élément exogène du groupe des praticiens dont il rend compte ». Tout au contraire, les « experts » engagés dans ce programme s’avèrent le plus souvent impliqués dans des associations locales ou via leur cercle familial dans la réadaptation permanente de ce patrimoine vivant, qu’il s’agisse de faire vivre une langue régionale et les coutumes associées (l’Occitan, le Basque) ou de faire perdurer une pratique sportive (pelote basque et jeu de quilles).

Cette porosité entre les identités des acteurs et les objets patrimoniaux – les contextes paysagers, architecturaux et culturels étant particulièrement imbriqués, à l’image de ce que l’on pourrait réunir sous le vocable de « culture basque » – peut être analysée sous l’angle de la médiation. S’il ne s’agit pas pour ici d’interroger cette notion, « difficile à penser » car recouvrant une hétérogénéité de pratiques et de conceptions » (Dufrêne et Gellereau, 2004)4, notre objectif est d’interroger différents acteurs qui participent à l’étude et à la transmission du patrimoine immatériel en Nouvelle-Aquitaine en positionnant ce terme de médiation au centre des entretiens. Qui sont les médiateurs et médiatrices et quels sont leurs parcours ? Comment intervient la médiation dans leurs pratiques professionnelles, qu’ils ou qu’elles soient chercheurs et chercheuses sur le terrain, médiateurs et médiatrices dans un musée ou enseignants et enseignantes dans des établissements scolaires ? Comment agit cette médiation sur l’objet patrimonial ? Autant de questions que nous soumettons présentement à un panel de professionnels et professionnelles repérées sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine avec l’aide notamment de l’Ethnopôle du CIRDOC – Institut Occitan de Cultura.

Ce recueil de témoignages est actuellement en cours avec le concours des étudiants du Master « Communication et Générations : Etude des publics » de l’Université Bordeaux Montaigne. A partir des premières données moissonnées, nous pouvons d’ores et déjà souligner combien les frontières entre scientifiques, médiateurs et praticiens se brouillent lorsqu’il s’agit du patrimoine immatériel, tous et toutes devenant, dans leurs diverses missions professionnelles ou depuis leurs postures personnelles, des acteurs-actrices, révélateurs-révélatrices et experts-expertes d’un patrimoine aux contours lui aussi de plus en plus flou…

Citer cet article : Jessica de Bideran, "Hybridations patrimoniales : premiers éléments de réflexion," sur Traversées, 10/11/2020, https://traversees.hypotheses.org/819.
Image à la Une : Les « Chancaires » de Saint-Pé-de-Léren, dans les Pyrénées-Atlantiques. Unuaiga – Travail personnel – CC BY-SA 4.0 – Création : 18 avril 2015.

  1. Hartog François, 2011, « Régimes d’historicité, Patrimoine et crise du temps », dans Discordance des temps. Rythmes, temporalités, urgence à l’ère de la globalisation de la communication, Bordeaux, MSHA, p. 21‑26. []
  2. Note : Ce dossier, co-dirigé avec Julie Deramond et Patrick Fraysse, s’inscrit dans le cadre de nos collaborations autour de Com’en Histoire. []
  3. Bienvenu Lucia et Heiniger-Casteret Patricia, « « (Extra)ordinaire quotidien » : exposer le patrimoine culturel immatériel », In Situ, n°33, 2017, mis en ligne le 09 novembre 2017. []
  4. Dufrêne Bernadette et Gellereau Michèle, « La médiation culturelle : Enjeux professionnels et politiques », HERMÈS, n° 38 – Les sciences de l’information et de la communication, 2004. []

Publié par Jessica de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement ingénieure de recherche au sein de l'université Bordeaux Montaigne et de l'Université de Bordeaux. Chercheure associée au MICA, elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental, documentaire, littéraire, etc.)...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search