Le 24 mars dernier devait avoir lieu à la Cité du Vin de Bordeaux la journée d’étude organisée dans le cadre du programme Traversées avec l’aide de l’axe Idem du MICA. Intitulée « Ré-enchanter le passé – Patrimoines et transmissions », cette journée souhaitait interroger les processus d’expérimentation, de théâtralisation et, plus généralement, de médiation du patrimoine culturel immatériel (PCI). Compte tenu de la situation sanitaire, celle-ci a été annulée et plusieurs collègues ont été sollicités pour poursuivre ces réflexions dans le cadre d’un dossier de revue. Celui-ci s’intéressera en priorité à la fabrique de ce PCI, en explorant notamment les différentes écritures médiatiques qui permettent son étude et sa circulation. La direction de ce dossier constitue de fait une sorte d’introduction au terrain développé dans le cadre du groupe de travail qui nous réunit ici.

Comme je l’ai déjà précisé dans un précédent billet, si le PCI interroge l’approche communicationnelle de la patrimonialisation (Davallon, 2000)1, c’est parce que celui-ci implique qu’il y ait continuité intergénérationnelle pour exister et assurer la transmission dans le temps des savoir-faire, pratiques sociales, expressions et traditions orales qui se voient ainsi reconnues. Culture  vivante, le PCI est sans cesse renouvelé au gré de son appropriation parmi les groupes humains et territoires concernés, oscillant selon les cas entre authenticité et faux-semblant, immobilisme et reconfiguration, quand il n’est pas mobilisé au titre de besoins économiques ou politiques de certains territoires… Le concept d’hybridation étant au cœur de nos réflexions, c’est avec cette clé de lecture que l’on peut appréhender ces mouvements qui brouillent les frontières entre les identités générationnelles et les cultures locales. Il s’agira donc de comprendre comment les pratiques de transmission et de valorisation du PCI entraînent des formes d’hybridation contemporaines et sur quels modèles celles-ci reposent-elles (folkrorisation en vue d’une promotion touristique, normalisation des pratiques via les structures de légitimation, actualisation par les nouvelles générations, etc.) 

J’ai personnellement pu éprouver ces brouillages dans le cadre de précédents travaux. Spécialisée dans l’étude des dispositifs numériques de valorisation des patrimoines, mon travail sur le parcours muséographique de la Cité du Vin2 m’a permis d’appréhender les brouillages induits par les modalités de transmission de gestes et de savoir-faire locaux dans un monde globalisé où le patrimoine se voit soumis à de multiples appropriations (touristiques, économiques, politiques, etc.). Comme les études menées3 le soulignent, cet établissement implanté au cœur d’une ville dont le nom est synonyme de terroirs viticoles reconnus à l’échelle internationale, a en effet pour objectif de toucher un large public, mondialisé et néophyte qu’il s’agit de convaincre du caractère patrimonial et universel du vin en un temps relativement court. Pour cela, l’espace expographique s’appuie sur un ensemble complexe de dispositifs de médiation numériques et polysensoriels qui permettent de pallier l’absence du vin et du terroir tout en matérialisant ce patrimoine immatériel selon une approche encyclopédique. Se fait jour parallèlement une certaine tension entre les multiples formes de savoirs et de savoir-faire, locaux, territoriaux ou nationaux, associés au vin et le rapport forcément personnel et sensible que chacun développe par rapport à la consommation de vin… 

Mais si ces brouillages peuvent être le fait d’instances de légitimation et d’acteurs culturels aux statuts divers, elle se retrouvent également du côté des publics, comme nous l’a plus récemment démontré Les Voies d’Aliénor,4. Conçu pour interroger la pertinence du transmedia storytelling5 dans les pratiques de valorisation des patrimoines, le dispositif imaginé autour de la figure d’Aliénor d’Aquitaine et reposant sur un ensemble de supports médiatiques, a fait l’objet d’une enquête de terrain menée en 2018-2019 par Julie Blancard, professeure documentaliste alors en formation professionnelle au sein de l’Inspé de Bordeaux. Bien que les investigations aient pour objectif d’analyser l’engagement des élèves et des enseignantes dans la stratégie transmédiatique6, les données recueillies donnent à voir le réinvestissement des récits qui entourent le patrimoine local au-delà des discours académiques par une communauté particulière, de jeunes adolescents férus de réseaux sociaux numériques mais aussi intéressés par leur langue, l’Occitan, et leur culture régionale. En créant des parcours géoréférencés dans le Bordeaux occitan ou un reportage sur Aliénor et la culture troubadour, en construisant un livre “médiévalisant”, cette communauté concrétise en ligne ce qu’elle considère comme son patrimoine7. Celui-ci n’est alors plus considéré comme quelque chose de lointain, matérialisé dans de riches collections de musées ou d’imposants monuments, mais devient un élément à part entière de leur construction identitaire, sensible et locale, un patrimoine immatériel qu’ils n’hésitent pas à partager avec leurs parents et grands-parents ainsi qu’avec leurs amis, parce que ces derniers parlent Occitan ou parce que celle-ci s’appelle Aliénor…

Ces premières pistes, rapidement esquissées, demandent à être poursuivies. C’est plus précisément les pratiques de transmission qui entourent le PCI et les « hybridations » contemporaines qu’elles impliquent que je souhaite examiner ici. Il ne sera donc pas question de la fabrique de ce patrimoine mais plutôt des enjeux de sa valorisation en suivant une communauté de pratique particulière et la structure institutionnelle associée – un Ethnopôle – dans ses actions de médiation. En recueillant des portraits d’acteurs, en observant des pratiques de diffusion, en analysant les différentes formes de réception observables selon les générations, il s’agira finalement de s’interroger sur la place de la médiation dans la reconnaissance et la circulation du PCI.

Citer cet article : Jessica de Bideran, "Faire vivre et transmettre un patrimoine culturel immatériel," sur Traversées, 23/06/2020, https://traversees.hypotheses.org/789.
  1. Davallon Jean, « Le patrimoine : une filiation inversée ? », Espaces Temps, n°74-75, 2000. Transmettre aujourd’hui. Retour vers le futur, sous la direction de Philippe Dujardin, Patrick Garcia et Bénédicte Goussault. p. 6-16, https://doi.org/10.3406/espat.2000.4083. []
  2. Ouverte le 1er juin 2016, la Cité du vin de Bordeaux, fondation privée reconnue d’utilité, est présentée sur le site de la ville comme un « site de loisir culturel » s’inscrivant au cœur du quartier des bassins à flot, sur le site des anciennes forges du port de Bordeaux au bord de la Garonne. []
  3. Cette étude a débuté par un texte co-écrit avec Cristina Badulescu et Inès de La Ville sous le titre « La Cité du vin : un choix d’interprétation universelle entre immersion pervasive et médiation polysensorielle » pour l’ouvrage dirigé par Jean-Louis Yengue et Kilien Stengel: Le terroir viticole : Espace et figures de qualité, Presse Universitaires de Tours, 2020, 978-2-86906-731-8. Deux textes ont suivi: « Quand le numérique fait musée: La Cité du Vin et la mise en exposition numérique des patrimoines œnologiques« 
    Revue française des sciences de l’information et de la communication, n°16, 2019, ⟨10.4000/rfsic.5630⟩ Et: Injonction à l’intuitivité et disparition des textes dans l’exposition, Enjeux de l’information et de la communication, GRESEC – Université Grenoble III, 2019, p.39-50. []
  4. Projet d’Éducation Artistique et Culturelle (EAC) porté par l’Université Bordeaux Montaigne dans le cadre d’un programme de recherche action. Pour en savoir plus, on pourra consulter le carnet de recherche du programme scientifique MediaNum. []
  5. Selon la définition canonique proposée par Henry Jenkins dans Convergence Culture (2006), celle impliquant une dispersion d’éléments narratifs sur différents supports pour créer une expérience immersive et coordonnée. []
  6. Voir ces deux billets de présentation de la recherche : « Les voies d’Aliénor, un nouveau site pour une nouvelle année d’expérimentation », MediaNum, 06/12/2018, https://medianum.hypotheses.org/665 Et « Mesurer l’engagement des élèves dans un dispositif transmédiatique, MediaNum, 24/04/2019, https://medianum.hypotheses.org/936 []
  7. Cette réflexion a d’ailleurs fait l’objet d’une communication orale lors d’un colloque organisé en juin 2019 à Carcassonne par l’Ethnopôle Garae ; une publication est à paraître. []

Publié par Jessica de Bideran

Jessica de Bideran est maîtresse de conférences à l'université Bordeaux Montaigne. Chercheuse au MICA, elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental, documentaire, littéraire, etc.)...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search