A travers le projet Traversées, notre objectif est d’étudier les évolutions et les hybridations contemporaines des identités, des normes et des codes. Cette approche de la communication s’inscrit dans la lignée de mes travaux au sein desquels je me focalise sur les formes d’usages et d’appropriation de certaines technologies telles que l’application de mise en contact Grindr. Ce parcours réflexif m’amène aujourd’hui à travailler à partir d’un nouveau support technologique : la plateforme Instagram.

Instagram (créé en octobre 2010) est un réseau social qui permet de partager des images et des vidéos. L’application propose un album d’images dont les publications sont accessibles de façon permanente sur un grid (grille), une mosaïque d’images carrées qui apparaît sur la page de profil de chaque utilisateur. Depuis août 2016, l’application permet également de partager des stories, c’est-à-dire des images et/ou des vidéos éphémères d’une durée de publication de 24 heures. 

Les usages de cette application rappellent un certain nombre de pratiques liées à d’autres supports tels que le journal intime ou, dans sa forme numérique, le blog et les pages personnalisées à partir de la fin des années 90 (Beaudoin, Velkovska 19991 ; Allard, Vanderbergh, 20032 ; Cardon, Delaunay-Téterel, 20063). De même, ses différentes fonctionnalités ne sont pas inédites et sont la preuve du succès d’applications plus anciennes telles que Snapchat (2011) pour les vidéos éphémères ou Grindr (mars 2009) pour la disposition en mosaïque des profils. 

La principale originalité de l’application est de susciter l’inspiration à travers des images expressions (Mauvoisin, 2017 ; 2020)4 partagées à partir d’un profil privé ou public et très souvent sous la forme d’un carnet de bord rappelant les activités du quotidien, les tendances ou l’humeur du moment. Grâce à ce concept, l’application est devenue un réseau social incontournable pour les influenceurs, ces personnes qui monétisent le contenu qu’elles publient sur les plateformes de médias sociaux et qui sont souvent déjà auteurs d’un blog et/ou d’une chaîne Youtube (depuis 2015 date de création de la plateforme)5.

A travers l’activité de ces « professionnels », Instagram se présente comme un véritable objet hybride utilisé à la fois pour partager des choses sur soi et de soi et dans le même temps valoriser ou promouvoir des idées, des produits et des services au travers d’une vitrine virtuelle. 

Comme rappelé dans mon précédemment billet, plusieurs études ont été et sont actuellement réalisées autour de ces différentes plateformes. D’un point de vue méthodologique, il semble cependant que la réalisation d’enquêtes ethnographiques soit devenue de plus en plus complexe. En effet, plusieurs problèmes se posent dès lors qu’il s’agit de réaliser une observation en ligne des différents contenus partagés. Dans le cadre de l’analyse d’une application ou d’une plateforme où sont échangées des milliers de données personnelles, chaque chercheur est invité à respecter une certaine éthique de la recherche, encadrée notamment par le RGPD (Règlement général sur la protection des données appliqué depuis le 25 mai 2018 au sein de l’Union Européenne). Ce respect des droits à la vie privée est également de plus en plus pris en compte par les applications elles-mêmes. Aussi, les recherches développées à partir de données ne sont plus aussi évidentes tant les restrictions sont aujourd’hui importantes6. Il semble ainsi nécessaire de s’interroger sur les possibilités et les méthodes accessibles aujourd’hui pour les chercheurs en sciences humaines et sociales qui s’intéressent aux formes d’interactions permises par ces réseaux sociaux.  

Dans cette optique, nous souhaitons proposer un moment de partage et d’échanges autour de ces questionnements. L’objectif de la troisième journée d’études du programme Traversées est de proposer un espace de discussion où chercheurs et professionnels viendront faire part de leurs expériences et contribuer aux réflexions méthodologiques en prenant en compte les caractéristiques et les enjeux des médias sociaux en se focalisant principalement sur le format des vidéos éphémères : les stories.

Ce format occupe aujourd’hui une place importante dans le cadre des pratiques créatives sur Instagram. Aussi, nous nous intéresserons plus précisément aux productions et aux contenus partagés par les influenceurs. Il s’agira, dans la perspective d’un travail ethnographique, de se demander ce qui fait la particularité du format « story » à travers l’étude de ces vidéos qui se veulent éphémères, quotidiennes et qui, dans la pratique scientifique, offrent moins de moyens pour saisir les images qui sont partagées. Lors de cette journée, nous tenterons de proposer une vue d’ensemble des caractéristiques propres à ces vidéos et de comprendre en quoi celles-ci viennent modifier le régime du partage des images au sein de ce type de plateformes ? En quoi ces vidéos éphémères s’inscrivent-elles tant dans une suite que dans une rupture avec les autres vidéos de partage ? La question de la méthodologie sera le fil d’Ariane de cette journée durant laquelle nous reviendrons sur la relation de partenariat entre des influenceurs et certaines marques. Il s’agira alors d’apporter des éléments de réponses aux questions suivantes : Comment étudier ces vidéos éphémères ? Dans quelle quantité ? Sur quelle période ? Quels types d’échanges peuvent s’organiser à partir de ce type de contenu ? Comment se construisent les récits (storytelling) ?

Citer cet article : Melanie Mauvoisin, "Penser les « stories » d’Instagram – Les limites de l’éphémère," sur Traversées, 09/06/2020, https://traversees.hypotheses.org/777.
  1. Beaudouin Valérie, Velkovska Julia. Constitution d’un espace de communication sur Internet (forums, pages personnelles, courrier électronique…), Réseaux, volume 17, n°97, 1999, p. 121-177. DOI: https://doi.org/10.3406/reso.1999.2169 []
  2. Allard Laurence et Vanderbergh Frédéric, « Express yourself ! Les pages perso », Entre légitimation technopolitique de l’individualisme expressif et authenticité réflexive peer to peerRéseaux, 2003/1 n°117, p. 191-219. DOI : 10.3917/res.117.0191 []
  3. Cardon Dominique, Delaunay-Téterel Hélène, « La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leurs publics », Réseaux, 2006/4 (no 138), p. 15-71. URL: https://www.cairn.info/revue-reseaux1-2006-4-page-15.htm []
  4. Mauvoisin Mélanie, L’énonciation de l’homosexualité masculine : espaces médiatiques et usages des technologies numériques. Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, dirigée par Patrick Baudry, professeur en sociologie, Pessac, 2017. []
  5. Aussi, cette traversée d’un support à l’autre constitue une première entrée pour notre étude de l’application et fera l’objet d’un prochain article. []
  6. Je veux parler ici de l’arrêt de certains outils de collecte et d’extraction de données comme Netvizz, mis à disposition librement et gratuitement jusqu’en février 2018 (date de fermeture) pour permettre l’étude des réseaux sociaux comme Facebook ou Instagram. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search