Le programme Traversées explore les territoires hybrides ainsi que les nouveaux agencements sociologiques et communicationnels à travers différents terrains et différentes approches. Dans ce contexte, les fans sont des publics intéressants à analyser tant leurs pratiques sont un mélange de créativité en ligne et hors-ligne, de rencontres et de discussions qui forgent des liens sociaux et identitaires. Nous avons déjà montré en quoi les fans sont des publics actifs, producteurs de sens et de contenus1.

Cependant, loin de mettre en avant le seul aspect positif des communautés de fans, il nous paraît intéressant d’étudier également les aspects négatifs car, comme dans toutes communautés, des tensions, des clivages, des propos haineux peuvent apparaître et marquer une scission dans des groupes sociaux bien déterminés. Ce phénomène se nomme le « toxic fandom ». Les pratiques toxiques de fans ne sont bien entendu pas un phénomène nouveau mais elles ont été amplifiées par les possibilités offertes en termes de visibilité, rassemblement, écho et partage d’Internet. Pour Kelsey Cameron, les pratiques toxiques sont « des attaques ad hominem vers les producteurs médiatiques qui vont au-delà d’une colère qui pourrait être justifiée, des formes d’interactions entre fans et producteurs que plusieurs dans la communauté des fans aimeraient désavouer » (Cameron, 2018 : 3)2.

Il est intéressant de noter que ces pratiques tournent souvent autour de sujets sociétaux importants comme la misogynie, le harcèlement, le racisme, l’homophobie, la transphobie ou « d’autres attaques basées sur des politiques identitaires ou les idéologies progressistes » (Proctor, Kies, 2018 : 138)3. A cela, nous pouvons rajouter les objets culturels qui relèvent de la nostalgie et dont les reprises, ou reboot, sont souvent l’objet d’attaques toxiques de la part des fans. Ainsi, à l’annonce en 2015 de la production d’un nouveau Ghostbusters, entièrement féminin et finalement sorti en 2016, les Ghostheads (les fans de la première heure de la franchise) s’en sont pris violemment sur les réseaux sociaux au réalisateur et aux actrices en déclarant qu’ils avaient « ruiné leur enfance ». William Proctor (2017) parle dans ce contexte de nostalgie totémique, qui au départ n’est pas toxique, mais peut, par des pratiques et des discours de fans agressifs, se transformer en attaques virulentes et contraindre les producteurs et/ou actrices à quitter les réseaux sociaux, victimes d’un harcèlement numérique important4.

Il s’agira donc ici pour nous de questionner ces pratiques, notamment dans le cas de l’annonce de reboot ou de suites tardives de séries télévisées. Nous prendrons comme exemple la saison 11 de The X-Files (Fox, 2017-2018), les reboots de Battlestar Galactica (Syfy, 2004-2009, puis 2021-), de The L Word Generation Q (Showtime, 2020-) et de Xena Warrior Princess (pilot commandé mais finalement série non produite). Nous étudierons ainsi les notions d’authenticité et de « vrais fans » (celui qui en est depuis longtemps), de gatekeepers de la communauté, et analyserons les tensions entre anciens et nouveaux fans. Ici, se détache l’importance d’un lien temporel avec la série, marquée par le temps d’engagement dans la communauté de fans : plus le fan y a passé du temps, plus il a la légitimité de se qualifier de fan authentique.

D’un point de vue méthodologique, nous analyserons les discours des fans sur les réseaux sociaux et en particulier sur Twitter. Pour cela, nous aspirerons les données en utilisant les hashtags des communautés ainsi que les hashtags officiels (ceux de la production) afin de recueillir le maximum de verbatim de fans. Nous plongerons également dans les fils de discussion sur Reddit afin de récolter des messages plus complets et de comprendre les raisons des réticences de ces fans, de leur colère à l’annonce de ces reboots et suites et, finalement, leur positionnement en tant que « vrais fans ». Cela nous permettra, en filigrane, de rechercher les contours du fan « authentique ». Ce recueil de données se fait sur un temps long entre le début de l’annonce du reboot ou de la suite et la diffusion des premiers épisodes. Il s’agira donc également d’apprécier les commentaires postés sur les premiers épisodes de ces séries pour voir si, après visionnage, des changements d’opinion ont lieu…

Image mise à la Une : The set in The X-Files containing Fox Mulder’s office – 9 mars 2006, par Alistair McMillan (alistairmcmillan), diffusé sous CC-BY-SA-4.0.
Citer cet article : Mélanie Bourdaa, "Bienvenue du côté obscur des communautés de fans," sur Traversées, 19/05/2020, https://traversees.hypotheses.org/762.
  1. Voir par exemple ces précédents billets publiés dans le cadre de la Journée d’étude que nous avons organisée en novembre 2019 : « Spécificités des publics fans », « A la recherche du fan authentique » et « Les pratiques créatives des fans et des producteurs ». []
  2. Cameron K., « Toxic regulations : From TV’s code of practices to #BuryYourGays », in Participations. Journal of Audience and Reception Studies, Volume 15, issue 1, 2018 : « Ad hominem attacks on media producers that go beyond potentially justifiable anger at misleading producer actions, the kinds of fan-producer interactions that many in fandom would like to disavow ». []
  3. Proctor W., Kies B., « Editors’ introduction : on toxic fan practices and the new culture wars », Participations. Journal of audience and reception studies, volume 15, issue 1, 2018 : « or other types of ad hominem attacks based on identity politics and progressive ideologies ». []
  4. Proctor W.,  « ‘Bitches ain’t gonna hunt no ghost’: totemic nostalgia, toxic fandom and the Ghostbusters platonic », Palabras Clave, volume 20, numéro 4, 2017, p. 1105-1141. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search