Le 19 novembre 2019 a eu lieu à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine la journée d’études Hyperfans. Traversées de territoires fans. Cette journée s’inscrit dans le programme Traversées et entendait interroger les définitions possibles des fans ainsi que leurs pratiques médiatiques, sociales et culturelles. 

Nous avions pensé la journée de façon à ce que chercheurs, fans et producteurs se croisent et discutent ces problématiques pour offrir des perspectives et points de vue différents sur les publics fans. Nous proposons ici un premier compte-rendu de ces échanges.

Après une présentation rapide du programme Traversées par Agnès Pecolo et du programme de la journée par Mélanie Bourdaa, la matinée s’est ouverte sur une conférence introductive de David Peyron. Les thématiques centrales de cette conférence introductive étaient l’authenticité et la question du « vrai » fan dans la communauté gamer.

Nous publions ici le résumé de son intervention :

La question centrale de cette intervention est « qu’est-ce qu’un. e « vrai.e fan » de jeux vidéo » ? étant entendu qu’il ne suffit pas de jouer à des jeux vidéo pour se considérer comme gamer. Au contraire, cela passe par tout un ensemble d’attitudes et de discours vis-à-vis de la pratique qui impliquent la mise en place de normes d’authenticité d’un. e vrai.e gamer. Ces normes sont avant tout construites autour d’une double temporalité : synchronique (avoir été là avant) et diachronique (y passer beaucoup de temps), mais aussi de références fondatrices qui forment les bases du bon (et en creux du mauvais) goût dans ce que l’on peut alors qualifier de sous-culture gamer, qui s’est construite au fil de la massification de la pratique. 

David Peyron, 19 novembre 2019, MSHA – Université Bordeaux Montaigne.

Nous avons ensuite proposé une table ronde animée par Myriam Bahuaud en présence du premier intervenant, accompagné d’Hélène Breda et de Mélanie Bourdaa. Cette table ronde a ainsi débuté par la diffusion d’une vidéo transmise par Henry Jenkins et dans laquelle les étudiants de son séminaire de recherche sur les fans présentaient leurs sujets de recherche. Henry Jenkins a ainsi commencé en rappelant que les études de fans se sont d’abord construites aux Etats-Unis autour des études féministes et ethnoraciales. Il souligne cependant qu’aujourd’hui, les questions transculturelles et intersectionnelles alimentent de plus en plus les réflexions en fan studies. La diversité des sujets de ses étudiants témoigne de ces changements de paradigme…

Myriam Bahuaud, après avoir présenté succinctement les travaux des différents chercheurs de cette table ronde, a ensuite entamé la discussion autour de deux principales entrées :

  • d’une part celle autour de définitions
  • d’autre part celle des liens entre fans et industries culturelles.

La discussion entre David Peyron, Hélène Bréda et Mélanie Bourdaa a tenté d’apporter un éclairage sur les études de fans en France et notamment sur les notions d’engagement et d’activisme des communautés de fans, générant parfois des jeux de lutte entre les producteurs et les fans, des rapports de pouvoir complexes et permanents. Les recherches en France s’attachent ainsi à croiser les approches Gender Studies et Fan Studies comme en attestent les deux volumes parus récemment Fan Studies Gender Studies (coordonnés par Arnaud Alessandrin et Mélanie Bourdaa). 

La matinée s’est conclue sur le témoignage d’un fan de Star Wars appartenant à plusieurs communautés de fans dont la 501èmeLégion. Cette communauté possède en effet deux particularités intéressantes : affiliée à Disney, les fans doivent se plier aux règles édictées par la firme, notamment en termes de cosplay officiel. Les fans participent d’autre part à des événements corporate mais également à des levée de fonds et des actions plus sociales à l’image des animations faites pour les enfants hospitalisés. A travers de nombreux exemples, il nous a ainsi présenté son vécu, son héritage de fan et les liens intra et intergénérationnels qui se créent au sein de ces communautés.

A suivre…

Image mise à la Une : Membres de la 501e légion à l’entrée de la convention Générations Star Wars et Science Fiction 2010. Photo prise durant la convention Générations Star Wars et Science Fiction 2010 à Cusset, France. Sont présents (de g. à d.) Julian Glover, Kenneth Colley et Richard LeParmentier. Obsidian 7 — Travail personnel.
Citer cet article : Mélanie Bourdaa, "A la recherche du fan authentique," sur Traversées, 17/12/2019, https://traversees.hypotheses.org/350.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search