Le 7 juillet 2016, le patrimoine culturel immatériel était officiellement inclus dans l’article 1 du Code du patrimoine qui recouvre en France :

« l’ensemble des biens, immobiliers ou mobiliers, relevant de la propriété publique ou privée, qui présentent un intérêt historique, artistique, archéologique, esthétique, scientifique ou technique [mais] également des éléments du patrimoine culturel immatériel, au sens de l’article 2 de la convention internationale pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, adoptée à Paris le 17 octobre 2003. »

https://beta.legifrance.gouv.fr/codes/id/LEGISCTA000006108728/2008-07-16

C’est donc essentiellement grâce au travail de l’Unesco et à la reconnaissance internationale de sa convention de 2003 que ce nouvel objet patrimonial a pu acquérir la légitimité nécessaire pour être inscrit au cœur même de la loi française. Œuvrant à la structuration d’un réseau national, à travers par exemple les Ethnopôles, des fédérations de musées ou de parcs naturels et diverses associations locales, le Ministère de la Culture coordonne désormais l’inventaire de ce Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) ainsi que son étude, sa conservation et sa valorisation auprès du plus grand nombre1.

Ces différentes structures font oeuvre de patrimonialisation en modifiant le regard que nous portons sur ces savoir-faire, pratiques sociales, expressions et traditions orales ou encore représentations festives et arts du spectacle porté par des communautés humaines. La notion de communautés – plurielles – est ici centrale puisque ce sont elles, dans une recherche d’identité et de reconnaissance, qui désignent ce qui constitue leur patrimoine et œuvrent à sa sauvegarde suscitant parfois, avec les structures de gouvernance, rapports de force et ajustements (Bortolotto, 2011)2.

La construction et la fabrique du PCI posent de fait toute une série de questions. Les ethnologues et les anthropologues s’efforcent d’y répondre par leurs travaux qui permettent de reconstituer les sens associés à ces pratiques par les groupes humains concernés. Au risque parfois, comme le soulignait récemment Claudie Voisenat au sujet des fêtes de l’Ours en Vallespir, « de son instrumentalisation dans une forme de marchandisation des identités, valorisées comme authentiques et, de ce fait même, folklorisées et essentialisées » (Voisenat, 2019)3.

La reconstitution de sens à laquelle participe l’ethnologue ou l’anthropologue n’est effectivement pas celle de l’historien ou de l’archéologue qui cherchent à reconstruire à partir de traces diverses une représentation du passé de l’objet patrimonial concerné la plus « authentique » possible4. Pour reprendre les termes de Claudie Voisenat, avec le PCI, on a affaire ici à « une culture vivante, dynamique, qui se reconstitue à mesure qu’elle se transmet, créant en permanence de nouvelles configurations, recouvrant des coutures du présent les tissages et entrelacements du passé » (Voisenat, 2019)5.

En tant que chercheuse en Sciences de l’information et de la communication, ce sont justement ces hybridations contemporaines que nous cherchons à suivre et à identifier dans le cadre du travail de recherche Traversées. Ce billet est pensé comme une introduction à nos futures recherches.

Les SIC s’intéressent depuis plusieurs années maintenant au processus social par lequel les objets, appartenant à un groupe, une communauté, un collectif ou une nation, changent de statut pour acquérir celui de patrimoine (Davallon, 2006)6. Contrairement à la définition issue de la tradition historienne et qui fait de la perte d’usage et d’une possible disparition physique, deux éléments fondamentaux de la patrimonialisation des objets du passé7, cette approche fait de la réorientation du regard porté sur le bien culturel le principe essentiel de ce processus de reconnaissance.

La patrimonialisation n’est donc pas envisagée ici comme un héritage historique ou comme une simple procédure législative mais résultant d’une démarche info-communicationnelle qui se matérialise dans une production scientifique et par la mise en public de ces savoirs. Elle s’appuie in fine sur un ensemble d’outils et de dispositifs qui assurent sa transmission transgénérationnelle et sa valorisation culturelle. Ces derniers (documentation, inventaire, exposition, médiation, etc.) sont alors envisageables comme autant de « médias » qui ne sont pas neutres pour la réception par la communauté de ces objets patrimonialisés8.

Or le PCI interroge ce modèle pensé comme une « filiation inversée » qui suppose, pour ne pas être réduit à la seule transmission biologique ou sociale d’une mémoire individuelle, une rupture mémorielle que les experts vont s’efforcer de rétablir en produisant des savoirs et en transformant parallèlement l’objet dont il est question (Davallon, 2000)9. En effet, dans le cadre du PCI la transmission dans le temps de pratiques implique une continuité intergénérationnelle et suppose donc que la patrimonialisation assurée par les groupes qui les expérimentent, précède en partie la production des savoirs scientifiques associés…

Statut de la production scientifique dans le processus de reconnaissance du PCI mais aussi place de la créativité dans l’expérience quotidienne des groupes concernés, brouillages induits par les dispositifs et modes de transmission10 et recherche identitaire dans un monde globalisé, autant d’hybridations contemporaines que nous souhaitons ici interroger à travers le regard de chercheurs mais aussi d’amateurs et de professionnels de la médiation de ce PCI.

Ces questions seront notamment au coeur de la prochaine journée d’étude que nous organisons le 24 mars prochain à la Cité du Vin de Bordeaux en partenariat avec le groupe de recherche Com’en Histoire.

Image mise à la Une : Joueur de pelote basque sur le fronton de Bidart en juillet 2008 par DocteurCosmos, photo publiée sous GNU Free Documentation License.
Citer cet article : Jessica de Bideran, "A nouveaux patrimoines, nouvelles questions," sur Traversées, 21/01/2020, https://traversees.hypotheses.org/325.
  1. Pour en savoir plus, on pourra consulter l’espace dédié au PCI sur le site du Ministère de la Culture : https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Patrimoine-culturel-immateriel []
  2. Bortolotto Chiara (dir.), Le patrimoine culturel immatériel : Enjeux d’une nouvelle catégorie, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011, DOI : 10.4000/books.editionsmsh.3545. []
  3. Voisenat Claudie, « Ursum facere ou le sens reconstitué. Rémanences, résiliences et transformations des fêtes de l’Ours du Haut-Vallespir », Sociétés & Représentations, 2019/1, n° 47, p. 39-51, DOI : 10.3917/sr.047.0039. []
  4. Sur ces questions, on pourra notamment consulter ce texte sur les notions de reconstitution et de restitution appliquées au domaine des reconstructions en images de synthèse des patrimoines archéologiques et/ou monumentaux : Bideran, Jessica (de), « Des restaurations de papier aux restitutions virtuelles, construction d’une reconnaissance scientifique et d’une mémoire patrimoniale », De la médiation des savoirs : Science de l’information-documentation et mémoires – Colloque international MUSSI, Mars 2016, Toulouse, France, ⟨hal-01855674⟩. []
  5. Voisenat Claudie, ibid. []
  6. Davallon Jean, Le Don du patrimoine : Une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Hermes Science-Lavoisier, 2006. []
  7. Voir par exemple : Bercé Françoise, Des Monuments historiques au patrimoine, du XVIIIe siècle à nos jours, ou « Les égarements du cœur et de l’esprit« , Paris, Flammarion, 2000. []
  8. A ce sujet, nous renvoyons notamment aux travaux que nous menons avec le collectif réuni autour du projet Com’en Histoire sur ces questions de documentation et de médiation des patrimoines. En plus du carnet de recherche, deux ouvrages ont été à ce jour publiés sous la direction de Patrick Fraysse, Jessica de Bideran et Julie Deramond, en 2017 : Le document : dialogue entre sciences de l’information et de la communication et histoire, et en 2016 : Mémoire, histoire et médiations : approches croisées. []
  9. Davallon Jean, « Le patrimoine : une filiation inversée ? », Espaces Temps, n°74-75, 2000. Transmettre aujourd’hui. Retour vers le futur, sous la direction de Philippe Dujardin, Patrick Garcia et Bénédicte Goussault. p. 6-16, https://doi.org/10.3406/espat.2000.4083. []
  10. Voir par exemple les travaux de recherche récemment coordonnés par Marta Severo autour de l’usage des outils et réseaux numériques pour inventorier et valoriser le PCI : http://www.acteursdupci.fr/. De même : Castéret Jean-Jacques, « Le numérique comme « lieu » de la sauvegarde du Patrimoine culturel immatériel », In Situ, n°33, 2017, URL : http://journals.openedition.org/insitu/15478. []

Publié par Jessica de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement ingénieure de recherche au sein de l'université Bordeaux Montaigne et de l'Université de Bordeaux. Chercheure associée au MICA, elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental, documentaire, littéraire, etc.)...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search