Transmédias, transgénérationnel, transgenre, transhumanisme, transdisciplinaire… Ce que le préfixe « trans » souligne c’est une traversée. Il appelle à dépasser les bornes, bouger les codes, franchir les barrières, produire des brèches dans l’ordre, la norme, la règle, admis jusque là. Sous les « trans » se cache la perturbation d’une binarité structurante et rassurante, nous pouvons ne plus être d’un côté ou de l’autre mais passer de l’un à l’autre et même être des deux côtés à la fois. Il s’agit dès lors de bousculer les contours établis d’un média, d’une génération, d’un genre, d’un corps, d’un âge ou d’une science, de déconstruire les us et coutumes. Les « trans » annoncent la fin des étanchéités qui, bien qu’ayant  continûment existé, est aujourd’hui parlée voire prônée, ce qui ne veut pas dire reconnue. S’il y a toujours eu un enfant en chaque adulte, une femme dans chaque homme, le contemporain discourt sur les glissements de l’un à l’autre, du chaud au froid et inversement, et des alliances de l’un dans l’autre, du tiède. C’est ce dernier qui nous intéresse ici, comme symbole d’une perméabilité éloignée des catégorisations nettes qui enferment, comme emblème de tous les brouillages à l’œuvre et nous le nommerons, hybridation1. Les narrations elles-mêmes se font hybrides et mobilisent différents supports et acteurs complémentaires plus qu’adversaires.

Le processus de transmission est au cœur de notre étude. Il porte en lui cette idée de combinaisons, plus ou moins visibles et conscientes, entre aujourd’hui et hier et même avant hier. Nous sommes tissés les uns aux autres, vêtus des traces d’un passé réactualisé que nous visiterons. Nostalgiques, les individus comme les médias, en recherche d’authenticité, aiment en effet à se souvenir. Ils convoquent alors leurs racines et mémoires, relatent leurs histoires, dissertent sur le temps lors de voyages biographiques (expositions et mises en scène de soi au fil de l’âge) et historiques (transgénérationnels). Une génération sème inlassablement dans l’autre, nous sommes le résultat d’un mixte identitaire entre une part de nos aînés qui nous habite (héritage, marqué par les époques passées) et une part d’autonomie que nous explorons (invention de soi, bornée par l’état du présent). Semblables et distincts, nous renouvelons progressivement des valeurs, attitudes et rapports au monde en germe dans les générations précédentes mais que nous revendiquerons dans la nôtre, avant que la génération suivante ne les remanie. Là repose le changement mais aussi la permanence de ressentis identitaires qui peuvent être éternels sans être en revanche toujours autorisés et valorisés. Question d’époque.

Transmission donc mais aussi identités ou plus exactement transidentités, un concept débarrassé ici de son association à des questions strictement de genre et habillé par nous de tout ce qui renvoie à l’hybridité d’un individu comme d’une communauté, pris comme des entités complexes et métissées. Nous étudierons les traversées des générations, des médias ou des attributs, mises désormais en exergue dans une société envisageant, avec crainte ou volupté, une fluidité des frontières traditionnellement entretenues.

Au final, c’est à une plongée au cœur des hybridations identitaires en explorant ce que l’on se et nous en raconte, que nous vous invitons. Ce carnet est là pour partager nos investigations autour des récits, transmissions et représentations des identités et du passé, collectifs et personnels. Les billets réguliers prendront des formes variées (suivis des journées d’études organisées autour de nos problématiques, articles conceptuels afin de poser les notions phares de notre projet, ou chroniques plus empiriques exposant des éléments de nos terrains de recherche). Ils rendront compte notamment des travaux engagés sur les transmissions culturelles de patrimoines, immatériels notamment ; sur les récits transgénérationnels, tant publicitaires que familiaux, mais aussi numériques, agencés par et autour d’une personnalité ; sur les  représentations médiatiques des cycles de vie ou les codes générationnels et relations intergénérationnelles au sein de communautés de fans.

Les 5 explorations qui sont au cœur de ce carnet – Traversées – 2019.
Citer cet article : Agnès Pecolo, "Traversées communicationnelles et hybridations contemporaines," sur Traversées, 22/10/2019, https://traversees.hypotheses.org/29.
  1. Ce concept fera l’objet d’un prochain billet dans la catégorie Questions de recherche []

Publié par Agnès Pecolo

Maître de conférences à l'Université Michel de Montaigne

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Ping : Traversées
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search