La première journée d’études de notre programme de recherche, HyperFans. Traversées des Territoires de fans, a été l’occasion d’interroger, avec des chercheurs mais aussi des fans et des professionnels des médias, l’identité même des fans. Ce questionnement passait par des problématiques d’authenticité, de pratiques culturelles, d’engagement émotionnel, d’affect et de créativité qui sont au cœur des réflexions du groupe TRAVERSÉES. Nous reviendrons en décembre sur le déroulement de la journée dans deux futurs billets, mais nous souhaitons dès à présent proposer une définition des fans afin de mieux comprendre ces publics spécifiques.

Le terme « fan » n’est évidemment pas nouveau, et dès les premières apparitions du mot à la fin du 17e siècle en Angleterre, il revêt une connotation négative et est d’emblée étroitement lié au culte religieux. Il est en effet le diminutif de « fanatique », terme qui met en avant l’excès, la dévotion et l’obsession, des termes encore souvent associés aux fans d’œuvres médiatiques ou populaires pour décrire leur côté marginal et extra-ordinaire. Le terme a ensuite été utilisé aux États-Unis, dès le siècle suivant, pour qualifier tout d’abord la passion des spectateurs de base-ball, pour enfin passer dans le langage commun pour définir une pratique en rapport avec des œuvres culturelles et médiatiques. 

Aujourd’hui, il est extrêmement complexe de définir les fans tant le terme recouvre un grand nombre de définitions, de mises en tension dans le milieu académique et dans les croyances populaires, mais également un grand nombre de pratiques et de degré d’engagement. Un des écueils le plus important est que presque tout le monde aujourd’hui se définit comme fan de quelque chose, sans pour autant bien sûr comprendre les enjeux que revêt ce terme quant aux questions d’identité, de créativité, de collectif et de partage.

Dans l’imaginaire collectif, les préjugés et les stéréotypes jouent un rôle déterminant puisqu’ils persistent encore dans les représentations véhiculées par les médias sur les fans. Paul Booth et Lucy Bennett1, dans un ouvrage collectif qu’ils ont dirigé, cherchent d’ailleurs à comprendre « jusqu’où les stéréotypes perpétuent les mythes autour des communautés de fans et de la relation affective avec les textes médiatiques » (Booth, Bennett, 2016 : 6). dans les médias, tous supports confondus (documentaires, presse, séries TV, films). Pour cela, les auteurs se réfèrent à des études qui pointent et listent les stéréotypes dont sont affublés les fans dans les médias. Par exemple, Joli Jensen notait en 1992 que les fans étaient souvent qualifiés de « consommateurs sans cerveau » ou encore de « désaxés asociaux » qui accordent trop d’importance au texte culturel et qui sont incapables de séparer la réalité de la fiction (Jensen, 1992 : 14)2

Cependant, les Cultural Studies américaines, grâce notamment à Henry Jenkins, ont permis de changer les perceptions sur les fans et de rendre légitime leurs pratiques mais également leur analyse dans le milieu académique. Dans son ouvrage fondateur Textual Poacher, Henry Jenkins a ainsi qualifié les fans de récepteurs actifs, de producteurs de contenus, travaillant ensemble dans un lieu commun, le fandom. Dans cette optique, le fan n’est alors pas seulement un « suiveur », un « collectionneur » ou un « enthousiaste », pour reprendre les catégories de Longhurst et Abercrombie et il ne placarde pas seulement ses murs de posters comme l’avait également souligné Fiske3, mais il est surtout un producteur de contenus et de sens. Les fans, dans la pensée de Jenkins, sont ici avant tout des « consommateurs qui produisent, des lecteurs qui écrivent, des spectateurs qui participent » (Jenkins J., 2008 : 212)4.

De même, pour Sarah M. Corse et Jaime Hartless, « les fans, et particulièrement dans la communauté de science-fiction, peuvent dépenser des sommes considérables, du temps et de l’énergie sur leurs identités culturelles, se rendre au Comic Con de San Diego, fabriquer des costumes, écrire des fan fictions ou de la musique, et participer à des communautés en ligne pour partager leurs intérêts avec d’autres membres qui sont engagés de la même façon » (Corse, Hartless, 2015 : 1)5. Les deux auteurs notent d’emblée les notions d’engagement à la fois émotionnel et matériel, en termes d’argent et de temps, qui vont caractériser le lien entre fans eux-mêmes à l’intérieur de la communauté et entre les fans et l’œuvre ou les œuvres culturelles et médiatiques qui les passionnent. Mais ces définitions pourraient facilement limiter le fan à un consommateur, prisonnier du système capitaliste que lui imposent les médias et les systèmes médiatiques contemporains…

Or, il est nécessaire de ne pas considérer les fans comme de simples consommateurs passifs de produits culturels car leurs propres productions peuvent entraîner des questionnements sur l’identité sexuelle, le racisme, le genre ou encore le colonialisme par exemple. De plus, les communautés agissent comme des agents d’autonomisation et non comme des entités passives. C’est cette dimension active des fans que nous souhaitons ici mettre en avant suite aux échanges et discussions de la journée qui a permis de dévoiler comment et combien les fans créent, écrivent, ou montent des vidéos, mais aussi s’engagent dans la politique ou débattent de causes importantes.

Notons toutefois à ce stade du billet qu’il existe évidemment différents degrés d’engagement intellectuel et émotionnel dans les communautés de fans. D’autant plus que les publics les plus actifs appartiennent souvent à plusieurs communautés et que de fait, leur engagement varie d’un fandom à l’autre. Le degré ultime pourrait correspondre au profil d’un hyperfan, un fan hardcore, actif, participatif et engagé socialement et politiquement. Ses caractéristiques pourraient alors être celles-ci : 

  1. Appartenir à une communauté de pairs, à un groupe social dans lequel le fan va inscrire sa passion et, donc, devenir membre. Cette communauté présente une grande organisation, possède ses codes mais également ses hiérarchies, et ses sanctions et tensions. 
  2. Allonger, étirer et déployer le moment de la réception pour que celle-ci ne se termine jamais et fonctionne comme une boucle sans fin.
  3. Être un public expert. Le fan connaît suffisamment l’œuvre pour s’adonner à un « braconnage culturel » (Certeau, 1980)6 source de sa créativité.
  4. Être un producteur de sens et de contenus. Le fan réinterprète les œuvres, les analyse, propose des remix et des collages, des mélanges de genres et d’œuvres. Il crée des productions qui vont de l’écriture de fan fictions au montage vidéo, en passant par le dessin de fan art pour exemple. 
  5. S’engager socialement, culturellement et politiquement dans la sphère publique pour déployer son identité personnelle et collective. 
  6. Son degré d’engagement dans la communauté varie en fonction de ses intérêts et de ses autres communautés (fandoms). En effet, comme le rappelle Nancy Baym7, les publics migrent désormais d’un fandom à un autre et disséminent leurs goûts et leurs passions au gré de leur migration. 
Crédit image : Cosplay of The Wizard of Oz (1939 film) au New York Comic Con le 10 octobre 2014, par Docking Bay 93
Citer cet article : Mélanie Bourdaa, "Spécificités des publics fans," sur Traversées, 26/11/2019, https://traversees.hypotheses.org/191.
  1. Booth P., Bennett L., Seeing Fans. Representations of fandom in media and popular culture, Bloomsbury, 2016. []
  2. Jensen J., « Fandom as Pathology: the consequences of characterization », in Lewis Lisa, The Adoring Audience. Fan culture and popular media, Routledge, 1992, pp. 9-29. []
  3. Fiske J, « The cultural economy of fandom », in Lewis Lisa, The Adoring Audience. Fan culture and popular media, Routledge, 1992. pp. 30-49. []
  4. Jenkins H., « La filk et la construction sociale de la communauté des fans de science-fiction », in Glévarec H., Macé E., Maigret E., Cultural Studies. Anthologie. Armand Colin / INA, Paris, 2008. pp. 212-222. []
  5. Corse S.M., Hartless J., « Sci-fi and skimpy outfits. Making boundaries and staking claims to Star Trek: into Darkness », in Trier-Bienick A., Fan girls and The media. Creating Characters, consuming culture, Rowman and Littlefield, 2015. pp. 1-20. []
  6. Certeau M. (de), L’invention du quotidien : Arts de faire, 1980, Paris, Gallimard. []
  7. Baym N., Tune in, log on. Soaps, fandom and online community, Sage Publications, 1999. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search