Le projet de recherche collectif « TRAVERSÉES » interroge les hybridations identitaires telles que construites, transmises et racontées de générations en générations, de médias en médias. Si cette notion d‘hybridation s’est imposée au cœur de nos échanges et de nos réflexions, il est nécessaire d’en dessiner ici les contours en remontant aux origines du terme.

Le mot n’existe pas au Moyen Âge. Il apparaît petit à petit dans le langage au 16e et 17e siècle pour évoquer, par ses racines latines, le mélange (du latin hybrida signifiant « sang mêlé« ). Mélange d’abord au sein du monde animal (l’âne et le cheval donnant comme espèce hybride le mulet) puis à partir du 17e siècle, on va parler de mots hybrides pour évoquer les mots issus de deux langues différentes (notamment le latin et le grec). A la fin du 18e et au cours du 19e siècle, l’hybridation devient, à la fois en botanique, mais également en littérature, associer à l’idée de croisement de deux espèces (ou de deux genres, le genre en botanique englobant un certain nombre d’espèces aux caractéristiques spécifiques) avec pour objectif sous-jacent d’obtenir, de créer une nouvelle espèce « améliorée ». Autrement dit, on cherche à « forcer » la nature dans l’idée d’obtenir, par le mélange de deux choses distinctes jugées suffisamment pures, quelque chose qui fonctionne mieux, avec une idéologie sous-jacente de créer un objet hybride d’une plus grande « pureté ».

Nous nous éloignons évidemment ici de cette idée d’amélioration propre à la botanique ou de « pureté ». En convoquant la notion « d’hybridation » dans le champ des SIC, nous mettons l’accent sur le fait que les barrières classiques de genres, de générations, des âges de la vie, des médias et des temporalités deviennent poreuses, se croisent, se brouillent, voire s’effacent. Il nous apparaît alors nécessaire de (re)penser ces recompositions, ces articulations et relations, ces alliances et collaborations. Le concept d’hybridation devient une « clé de lecture » (Gwiazdzinski, 2016)1 pour revisiter des objets, des pratiques et réfléchir aux principes de catégorisations et aux formes identitaires contemporaines.

Cette « clé de lecture » s’impose pour appréhender les nouvelles logiques au cœur de nos sociétés contemporaines, qualifiées aussi par ailleurs de post-modernes (Lyotard, 1979)2, (Lipovetsky, 2004)3 et (Maffesoli, 2000)4. En effet, traversée par des logiques, entre autres réticulaires, interactionnistes et synchroniques, notre société repose sur des modèles pluriels et polymorphes. Ils remettent en question les segmentations, les normes, les codes et limites institués dans la modernité dans un « schéma historique progressiste » (Wunenburger, 2016)5 et proposent de nouvelles formes d’assemblages, de mixage, voire d’ »entre-deux ». Tel est le cas lorsque nous évoquons les cycles de vies rénovés, la reconstruction de leurs chronologies usuelles (Gauchet, 2004)6, l’évolution de leurs attributs et l’apparition corollaire d’expressions hybrides (jeuniors, quincados, adulescents…) symptomatiques de nouvelles identités ?

Mouvance des états d’âge traditionnels, mouvance des statuts, mouvances aussi des frontières entre espace et temps, entre individus et communautés, entre aujourd’hui et hier, entre ici et ailleurs… Chercheuses en SIC, il ne nous a pas échappé que le paysage communicationnel contemporain, terrain de nos réflexions, est tout à la fois gagné par une prédominance du « présentisme » (Hartog, 2011)7 – le futur incertain devenant angoissant – et par un engouement pour le passé, posé comme repère, comme refuge, et convoqué comme un symbole de « l’authenticité ». Exploiter les fonds du passé, ranimer d’anciennes pratiques, instrumentaliser des catalogues de productions culturelles pour réveiller des souvenirs nostalgiques, semblent être une composante intrinsèque de la culture de masse et de l’industrie des médias (Reynolds, 2012)8. Nous questionnerons cette composante à travers plusieurs terrains complémentaires. Il s’agira d’une part d’analyser des stratégies publicitaires mettant en scène un patrimoine transgénérationnel, et d’autre part d’étudier des réactions de communautés de fans se confrontant entre « vrais fans » (entendus ceux de la version d’origine, les « pionniers », ceux du tout début) et « faux fans » (les nouveaux, ceux d’une nouvelle version mais « pas la vraie »).

Cette question de « l’authenticité » dans une communauté de fans a été abordée lors de la 1ère journée d’études sur les Hyperfans, le 19 novembre dernier, mais elle sera ici traitée sur un autre terrain et posera également la question d’une confrontation générationnelle. Évoquer un passé renvoie à la transmission, à l’héritage, familial ou collectif, voire communautaire, et aux mises en récits qui les accompagnent : comment (se) raconte(r) une histoire individuelle, familiale ou collective à travers le temps et l’espace ? De quelles manières se raconter sur les réseaux sociaux au fil du temps à travers différents supports numériques ? Comment se transmettent des pratiques culturelles locales et intangibles réunies par les instances de reconnaissance (Unesco, Ministère de la Culture, etc.) sous le vocable de patrimoine culturel immatériel ? En prenant appui sur des expérimentations et des dispositifs communicationnels contemporains, il s’agit donc de réfléchir à la question d’une multi-temporalité différenciée (Wunenburger, 2016) ou comment passé, présent et futur s’hybrident (objet de la prochaine journée d’études sur le patrimoine immatériel du 24 mars 2020) et à l’émergence de nouvelles identités hybrides.

Citer cet article : Myriam Bahuaud, "Hybridation," sur Traversées, 12/11/2019, https://traversees.hypotheses.org/151.
  1. Gwiazdzinski Luc, 2016, L’hybridation des mondes. Territoires et organisations à l’épreuve de l’hybridation, Seyssinet-Pariset, Elya Éditions (coll. « l’innovation autrement »), 336 p. []
  2. Lyotard Jean-François, 1979, La condition postmoderne: rapport sur le savoir, Paris, Editions de Minuit, 109 p. []
  3. Lipovetsky Gilles, 2004, Les Temps hypermodernes, Paris, Grasset, 186 p. []
  4. Maffesoli Michel, 2000, L’instant éternel. Le retour du tragique dans les sociétés postmodernes, Paris, Denoël, 320 p. []
  5. Wunenburger Jean-Jacques, 2016, « Pratiques artistiques post-modernes et hybridité » dans L’hybridation des mondes. Territoires et organisations à l’épreuve de l’hybridation, Seyssinet-Pariset, Elya Éditions (coll. « l’innovation autrement »), p. 55‑62. []
  6. Gauchet Marcel, 2004, « La redéfinition des âges de la vie », Le Débat, 2004, vol. 132, p. 27‑44. []
  7. Hartog François, 2011, « Régimes d’historicité, Patrimoine et crise du temps » dans Discordance des temps. Rythmes, temporalités, urgence à l’ère de la globalisation de la communication, Bordeaux, MSHA, p. 21‑26. []
  8. Reynolds Simon, 2012, Retromania. Comment la culture pop recycle son passé pour s’inventer un futur, Marseille, Editions Le mot et le reste. []

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search